Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

vendredi 21 mai 2010

Simone veille


2071, quelque part en France...

- Tu vois Simone, on est vieux, on a bien vécu, mais qui se souviendra de nous dans cent ans ?

- Personne.

- ça me détruit ça...

- Carpe Diem Raoul, toujours, et puis on ne sait pas ce qu'il y a après...

- Mais y'a rien ma pauv' Simone, faut arrêter avec ça, les hommes ont inventé la religion pour espérer, et ne pas se tirer une balle tout de suite devant leur fin programmée dès le début ! Tout est mathématique, tout s'explique par la science ! Nous ne sommes que gaz !

- Ah ça, surtout toi...

- Non, mais sérieusement, tu ne crois pas que tout s'explique par la science ?

- Ah oui ? Et notre amour, fusionnel, cette évidence rare, ce feu inextinguible, tu l'expliques par la science ?

- C'est le hasard ça !

- C'est déjà plus la science si c'est le hasard. Raoul, mon amour... Tu vois, moi, je crois qu'il y a une force, indescriptible, quelque part. Je crois qu'il ne sert à rien de chercher une réponse, nous ne l'aurons pas, je crois que nous ne sommes pas équipés intellectuellement pour avoir cette réponse, ce serait trop facile, alors Dieu nous teste, Il teste notre foi. C'est le pari de Pascal...

- A chaque fois que j'ai parié, j'ai perdu...

- Faux Raoul, tu as parié sur moi, tu y as cru, et tu as gagné une vie d'amour... Fais le pari de la foi, de l'amour. Dieu est Amour, j'en suis sûre. Pour moi, Dieu, c'est la première fois où tu m'as embrassée, c'est un coucher de soleil, c'est l'horizon infini des océans, c'est même la structure incroyablement géniale de l'ADN...

- Tu nous fais de la science maintenant ?

- Non, justement, je te montre que même la science, c'est de l'amour...

- Oui, mais dans cent ans, personne ne saura plus rien de nous, ne parlera de nous, nos enfants seront partis aussi, et nos pierres tombales seront érodées par le temps, qui aura peut-être même effacé nos noms...

- Peut-être Raoul, peut-être... Mais si personne n'avait cru en l'amour comme j'y crois et comme je veux que tu y croies, nos baisers n'auraient jamais eu le même goût, celui d'un sentiment ancestral, universel et divin, cultivé depuis la nuit des temps... et les étoiles n'auraient peut-être jamais brillé.

- Je t'aime Simone...

4 commentaires:

  1. C'est beau.

    Et moi, j'ai même vu une étoile filante...

    RépondreSupprimer
  2. mystérieuse foi de l'Amour...

    RépondreSupprimer
  3. Aimer une âme, un esprit, un coeur, un corps... l'alchimie de l'amour a ses secrets !
    Beau dialogue, merci :)

    RépondreSupprimer
  4. cette discussion là ... est ma preferée ... cet echange , est divin ^^

    ( c fou comme on s'identifie rapidement ^^ )
    K'rol

    RépondreSupprimer