Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

mercredi 30 novembre 2011

Le jour où Raoul a failli se viander



Raoul avait pris rendez-vous à la mairie pour s'inscrire sur les listes électorales et pour satisfaire à la question annuelle du recensement. Deux jolies fonctionnaires, qui le connaissent de vue depuis longtemps, l'invitent à les rejoindre dans la salle du fond. Après quelques minutes, l'entretien commence à devenir plus précis que prévu.

- Vous devez être un homme exceptionnel pour séduire une femme aussi exigeante que Simone...

- Oh non, non... Je suis... (Raoul sent le pied de sa voisine de droite lui caresser doucement la jambe...)... je suis tout à fait normal vous savez...

Sa voisine de gauche commence elle aussi à prendre son pied en silence pour toucher du doigt la sensuelle réalité de son voisin :

- Arrêtez votre modestie... Vous êtes une bombe d'amour... Vous avez beaucoup trop à donner pour une seule femme... Vous l'aimez à quel point votre femme ?

Raoul déglutit :

- On ne peut aimer davantage.

- Bien sûr, mais vous pourriez vous détendre un peu dans votre jardin sans forcément que ça mette le bazar à la maison non ? Si vous adorez le gigot et que vous goûtez un bon tournedos, votre amour pour le gigot reste le même... vous comprenez ?

- Peut-être, mais si j'ai épousé le gigot, et que je goûte un tournedos, je le trompe jusqu'à l'os mon gigot !

- Non... Votre morale judéo-chrétienne vous étouffe... Ma collègue a raison, d'ailleurs, si votre femme était témoin de cette scène, elle verrait bien que vous êtes sage, que nous sommes les seules à vous inviter au plaisir, et si vous étiez le héros d'un film, elle voudrait probablement que vous lâchiez un peu de lest... D'ailleurs, pourquoi un sentiment naturel devrait-il être frustré ?

- Mais parce que nous avons signé un contrat ! Physique et moral ! Et qu'un contrat avec des dessous de table n'est pas moral ! Et je ne suis pas le héros d'un film mais le héros de sa vie ! Et dans ces cas-là, une femme n'attend pas la même chose des deux figurez-vous !

- Les meilleurs contrats sont pourtant ceux qui ont eu les meilleurs dessous de table vous savez... Voire les meilleurs dessous tout court...

- Raoul, si vous n'arrivez pas à le dire, prenez cette feuille blanche, et écrivez votre réponse à notre question : "Voudriez-vous venir avec nous dans le jardin étudier les différentes positions que nous savons prendre face à la crise qui secoue notre société ? " Ma collègue se penchera sur votre dossier pendant que vous me proposerez tous les arguments susceptibles de me séduire...

Raoul regarde chacune de ses voisines dans les yeux, sans aucune expression, puis il saisit la feuille blanche, prend le stylo et réfléchit :

- Écoutez Raoul, vous pouvez écrire toutes vos doléances, nous ferons tout pour vous rendre ce séjour très agréable...

Raoul commence à écrire sa réponse quand soudain, Simone surgit dans la pièce ! Raoul fait une boule avec la feuille de papier et la range dans sa poche. Les deux femmes retirent immédiatement leur pied, mais trop tard pour que ce soit discret :

- Dites donc les poufs podologues, c'est comme ça que vous inscrivez les citoyens sur les listes électorales ? Alors moi j'ai confiance, je vous laisse cinq minutes et quand je reviens, je me rends compte que vous êtes en cheville avec mon mari ?

- Simone, je n'ai rien fait ! Je te promets...

- T'as bien fait de mettre des chaussettes quand même, sinon t'aurais pu sentir deux femmes te caresser les jambes sous la table...

- Madame, ce n'est pas ce que vous croyez...

- Ah bon ? C'était quoi ? Vous avez des problèmes de vue et vous avez besoin de lire en braille les poils du tibia de mon mari pour bien comprendre ses réponses ?

- Mais non nous ne sommes pas aveugles mais...

- Et bien moi non plus ! Alors vous allez me faire un petit chèque et je ne dirai rien à Monsieur le Maire !

- Mais enfin... vous ne pouvez pas nous proposer une chose pareille !

- Ah non ? Je croyais que vous étiez maîtresses ès dessous de tables ! Je laisse à votre bon sens le choix du montant, sinon j'en réfère à votre chef, et croyez-moi, une mairie trompée peut être bien plus violente qu'une femme bafouée !

- Simone...

- Raoul, va m'attendre dans la voiture s'il te plaît.

Raoul se lève, salue l'assistance, gêné, puis descend les escaliers de la mairie en se demandant encore ce qu'il venait de lui arriver. Simone regarde par la fenêtre, elle voit Raoul sortir du bâtiment et s'engouffrer dans la voiture. Elle se tourne alors vers les deux femmes :

- Alors ?

- Alors tu peux être tranquille Simone, comme tous les ans, il n'a pas craqué.

- Il est incroyable ton mari... Par contre, évite "les poufs podologues" la prochaine fois, c'était moyen...

- Oui, pardon, j'ai dit ce qui me venait sur le moment, j'ai hésité avec les poufs pédicures, mais j'ai trouvé que ça sonnait mieux podologue, y'a un côté scientifique qui vous rendaient encore plus détestables.

- Il faudrait que tu trouves autre chose pour l'année prochaine parce qu'au bout d'un moment il va se douter de quelque chose...

- D'accord, merci les filles, à bientôt.

- Bonne journée Simone...

Deux semaines plus tard, Simone demande à Raoul où il a mis la liste des courses. Il lui répond, Simone part au marché, et quand Raoul revient du garage, sa femme lui a préparé une magnifique table dans le jardin avec de superbes pièces du boucher et des pommes dauphine bien dorées... Raoul semble surpris :

- Tu ne m'avais pas parlé de lotte à l'armoricaine ?

- Ah moi j'ai suivi ta liste, elle était là où tu m'as dit, dans la poche de ta veste, un peu en boule mais bon... et c'était bien écrit "...d'accord pour deux tournedos dans le jardin, et j'espère que les pommes seront bien rondes..."



Franck Pelé - novembre 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire