Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

jeudi 24 novembre 2011

Hier encore



- Excusez-moi Mademoiselle, la viande de votre hamburger là, elle vient d'un élevage certifié ?

- D'un élevage certifié ? Je ne sais pas Madame, c'est du bœuf quoi... Du bon bœuf de nos campagnes !

- Et dans le plastique de vos flacons de mayonnaise et de ketchup, il n'y a pas de bisphénol des fois ?

- Il n'y a pas quoi ?

- D'ailleurs, vous distribuez toujours les mêmes flacons à tous les clients... sans jamais les nettoyer ?

- Pardonnez-moi mais vous venez manger ou faire une enquête ?

- Et le coca, c'est du coca light ?

- Light ?

- Oui, du coca avec moins de sucre, parce que c'est meilleur pour la santé, mais avec plus d'un autre produit qui est lui très mauvais pour la santé.

- Mais ça sert à quoi de mettre moins de sucre si c'est pour ajouter quelque chose qui n'est pas bon pour la santé ?

- Ah... ça... c'est la loi du marché ma petite...

- Mais vous venez d'où exactement ?

- Du futur ma chère, du futur...

- Ah... Et on va tous être comme vous dans le futur ?

- Pire ! Vous savez, la moindre chose que vous allez manger ou boire va être analysée, et on va trouver une bonne raison de vous dire que tout ce que vous faites, enfin ce qu'on nous a dit de faire depuis des années, est une catastrophe pour la santé des gens. Et puis on va vous donner des conseils pour mieux vivre. Qui s'avèreront alarmantes dix ans plus tard.

- Mais pourquoi est-ce qu'ils veulent tout rendre parfait ?

- Pour qu'on vive longtemps.

- Et vous êtes heureux ?

- ........

- Madame... On sera heureux à votre époque ?

- Disons que... On vivra plus longtemps qu'avant... avec plus de connaissances sur les choses...

- ...je vois... on aura trouvé plein de réponses à des questions qu'on ne se posait pas...

- Exactement. Et on rajoutera des questions à celles qui nous séparent du bonheur...

- Mais alors ce sera dangereux de vivre dans le futur ?

- Je ne veux pas vous faire peur.

- Dites-moi.

- C'est difficile pour moi de vous mettre des volets sur la jolie fenêtre que vous semblez avoir sur le monde !

- Mais je ne vivrai que dans le présent moi Madame, allez dites-moi !

- Ah bon ? Et demain alors, vous n'avez rien prévu ?

- Quand on sera demain, il sera temps d'y penser !

- Jolie philosophie...

- Allez !

- Oui, ce sera très dur !!! On vous dira de ralentir parce que vous polluez l'air avec votre voiture, et de toutes façons, vous n'aurez pas besoin de ralentir puisque vous serez bloquée, comme les millions de moutons malheureux qui se rendent à l'abattoir de leurs illusions, et vous passerez des heures à écouter la radio qui vous donnera un état du monde à rendre athée le plus fidèle des croyants, on vous donnera des leçons en tout genre, vous n'aurez plus le droit de rouler à 140, vous pourriez tuer quelqu'un, vous n'aurez plus le droit de bien gagner votre vie, vous pourriez déstabiliser l'équilibre budgétaire de votre société, vous ne saurez plus pour qui voter puisque l'homme politique ne comprendra plus lui-même les choses de la politique et sera plus occupé à choisir la robe de sa femme, voire à enlever celle d'une autre, pour nourrir la presse à scandales, vous devrez vous déshabiller aux portiques des aéroports pour pouvoir prendre l'avion, mettre des oreillettes pour téléphoner avec votre téléphone portable sous peine de griller doucement votre cervelet, vous ne pourrez plus boire un verre au stade ni fumer dans un restaurant, vous changerez votre monnaie pour pouvoir acheter moins de choses, mais plus cher, tout augmentera sauf votre salaire, on s'ennuiera dans sa famille, et on s'ennuiera en voyage, on saura plus profiter de commentaires d'inconnus sur nos photos de vacances que de nos vacances elles-mêmes avec un mari qu'on aura épousé parce qu'il ressemblait à cet acteur qu'on adore, et on aura remplacé le film du dimanche soir par des séries et de la pub !

- Attendez ! C'est bon... ça va... je ne veux pas savoir...

- Mais si ! Je suis lancée, je finis ! Votre pays sera moins puissant que la Chine et...

- Les États-Unis d'Amérique ? Moins puissants ? Mais enfin, nous sommes les plus forts, vous plaisantez ?

- Vous étiez ! Parce qu'on vous enverra des avions dans vos buildings et des présidents à chapeau de cow-boy qui adorent tellement jouer à la guerre qu'ils dépenseront tout l'argent du pays pour avancer leurs pions sur des cartes sanglantes qui ne tâchent pas ceux qui jouent avec !

- Mais... et la télé ? La télé ne dénoncera pas toutes ses choses ? Les gens ne diront rien ?

- La télé ? Mais c'est elle qui aura appris aux uns à reproduire les pires horreurs des autres ! Vous voulez que je vous dise le sommaire du journal télévisé d'hier soir ? On a retrouvé le corps d'une jeune fille martyrisé, je vous passe les détails, par un élève de 17 ans qui avait déjà fait de la prison quelques mois plus tôt ! Ça n'arrête pas, quelqu'un disparaît, et à chaque fois, on découvre l'horreur. Et plus on en parle, plus ça arrive ! En ce moment, c'est une fois par mois ! Dès qu'une femme va courir en forêt ou une petite fille traverse la rue pour aller chez un voisin, aucune ne revient !

- Alors pourquoi on en parle ?

- Parce qu'il faut prévenir que voulez-vous ! Il faut mettre en garde ! Donner des leçons ! Le bonheur est tellement à ce prix... Je continue. vous aurez aussi un petit bilan sur la crise économique qui secoue les puissances économiques occidentales, les marchés financiers seront plus forts que les états, le chômage jamais aussi élevé, on vous dira que la canicule sera toujours plus forte l'été, et les inondations toujours plus fortes l'hiver, parce que trop de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, il ne faudra plus boire l'eau du robinet, les légumes seront bourrés de pesticides et auront un goût aseptisé, on vous dira que le vainqueur du Tour de France est dopé, que fumer peut tuer, que les généraux et les extrémistes ont profité des révolutions arabes pour asphyxier encore un peu plus la démocratie, on vous dira qu'on n'aura plus jamais de Lino Ventura et de Romy Schneider, que vos enfants pourraient se faire racketter à 12 ans et que la grippe pourrait tuer la moitié du pays selon des études très poussées. On vous dira aussi que

- Stop !!! Arrêtez !!! Arrêtez... Je vous en supplie...

- Pardonnez-moi.

- C'est fou... Moi, je suis bien dans mon époque... Je suis heureuse de manger sans me poser de questions, de courir dans les champs en disant bonjour à ma voisine, de boire du lait et de manger de la viande sans me demander si la vache est folle, je suis heureuse d'embrasser mon amoureux sans penser qu'il pourrait me contaminer, ou même me tuer ! Vous entendez ? Je suis heureuse de voir l'herbe toujours plus verte, de laisser ma fille jouer dans la rue ! J'adore boire du coca ! Je fume pendant que je vous prépare votre hamburger, et je n'ai jamais vu un client arrêter de me sourire pour ça ! Et ma planète est belle, avec des saisons splendides ! Qu'est-ce que ça veut dire vos salades ? Que ce sont mes enfants qui vont faire ce que vous décrivez ? Et mes petits-enfants ? Alors quoi ? On n'en fait plus ? On attend tranquillement que nos rêves gorgés d'illusions sèchent et craquellent sous un soleil trompeur ?

- Non... au contraire... Faites des enfants, et transmettez-leur tout votre amour... toujours... Parce que si la société est malade, seuls les enfants pourront la soigner... Ils sauveront le monde avec de l'amour ! De l'amour !

- Mouais... Si on les laisse vivre sereinement... Votre bisphénol là, y'en aurait pas dans les tétines des biberons des fois ? Au point où on en est...

- Oubliez tout ça... La vie est belle aujourd'hui... Combien je vous dois ?

- Un dollar cinquante pour le plateau, et cinq dollars pour le carburant.

- Oh oui elle est belle... Bonne journée mon petit... Profitez de tout. Et ne vous inquiétez pas. Les couleurs resteront belles, les émotions fortes, et les parfums inoubliables, même dans un avenir incertain.

- Vous repartez quand ?

- Demain matin.

- Vous voulez venir avec nous au Drive-In ce soir ? Ils jouent "Autant en emporte le vent".

- Avec grand plaisir. Oui... J'adorerais ça...


Le lendemain matin, Simone croise Raoul sur le chemin de la salle de bains :

- Tu es rentrée ? Alors, tu as fait bon voyage ?

- Excellent...

- Tu as l'air perplexe... Tu as été déçue, c'est ça ? Je te l'avais dit, la nostalgie est un sentiment menteur, le "c'était mieux avant", ça ne veut rien dire ! Ce soir, on se fait une soirée écran plat HD ? Histoire de remettre les choses à leur place et de te faire oublier la télé noir et blanc ! Le bonheur, c'est aujourd'hui ma chérie ! Au fait, j'ai pris 100 euros sur le compte commun, j'ai fait le plein d'essence pour aller chez ta mère.

Simone souffle et marmonne :

- Mmmmm... le bonheur d'hier, c'était pas mal non plus...

- Qu'est-ce que tu dis ?

- Rien !
 
 
Franck Pelé - novembre 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire