Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

mercredi 2 novembre 2011

Embrasse-moi idiot !


A chaque fois que Simone embrassait Raoul, c'était une incroyable alchimie des sens, c'était un fleuve de plaisir, de désir, un bouche à bouche qui pouvait ranimer les souffles perdus. A chaque fois que Raoul embrassait Simone, c'était un voyage magnifique, la découverte du beau, la caresse de la genèse, une telle expression, parfumée d'un tel sentiment, ne pouvait que donner la vie. A tous les frissons du monde, des plus délicats aux plus interdits. Quand ils s'embrassaient, c'était comme manger un fraisier pour la première fois, c'était boire de l'eau fraîche après une traversée du désert, c'était voler vers une légèreté inconnue, c'était regarder fleurir les plus belles couleurs de l'autre.

Ce soir-là, Raoul demandait à Simone si elle se souvenait de son premier baiser :

- Oh la la... Oui... Parfaitement. J'avais 16 ans, je me demandais depuis plus d'un an ce que pouvait vouloir dire "rouler une pelle". Et dans ce bal, près de chez mes grand-parents, dans le Var, un jeune homme me regardait danser avec insistance, j'ai su qu'il serait mon premier baiser.

- Et alors ?

- On s'est retrouvés derrière un camion, et il m'a embrassée...

- C'était bien ?

- Horrible ! Il tournait sa langue tellement vite que j'avais l'impression d'être un biberon avec un goupillon dans la bouche ! Je me demandais même si on n'allait pas s'emmêler les langues avec ses conneries ! Un malade...

- Tu l'as revu ?

- Ah non ! Je l'ai croisé une fois, des années plus tard. Il était devenu dentiste ! Tu m'étonnes, question détartrage, il était précoce ! Tu vois, il faut se méfier des expressions... Ce petit là, il a dû être beaucoup plus marqué par "rouler" que par "pelle"... Raoul, embrasse-moi encore... Tu es le seul au monde capable de m'embrasser avec autant de justesse, si ton baiser exprime mille choses, je ressens les mille choses... Je t'aime Raoul... 



Franck Pelé - Octobre 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire