Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

lundi 29 novembre 2010

Voyage en crête


- C'est quoi cette crête ?

- C'est le sommet de mon week-end... J'ai eu une peur...

- Qu'est-ce qui s'est passé ?

- Qu'est-ce qu'IL s'est passé...

- Oh ça va Voltaire... Qu'est-ce qu'IL s'est passé ?

- J'étais au cinéma, je suis allé voir Amarcord samedi, on était deux dans la salle, j'avais invité une amie de ma mère, Simone.

- Tu es allée avec Simone au cinéma ? Mais je la connais, elle habite à côté de chez ma tante ! Quelle bombe cette femme...

- C'est surtout une mèche.

- Une mèche ?

- Oui, la bombe c'est son mari, et si t'allumes la mèche, je suis bien placé pour savoir que tu peux te retrouver les cheveux en pétard !

- Son mari était là ?

- Non, mais il est arrivé au mauvais moment, et du coup, il s'est mis en pétard juste avant mes cheveux...

- Qu'est-ce que t'as fait de mal ?

- Bah j'avais la main sur la cuisse de sa femme, alors forcément...

- Mais t'es dingue ! T'avais la main sur la cuisse de Simone ? Ne me dis pas qu'elle ne t'a rien dit ?

- Quoi je suis dingue ! T'es marrant toi, j'aimerais t'y voir avec des cuisses pareilles qui hurlent leur envie qu'on leur parle tout bas ! Si, elle m'a prévenu que c'était dangereux, m'a dit que j'étais trop jeune, et puis je crois qu'elle a été séduite par mes arguments et la vérité de mes sentiments, et elle m'a autorisé à laisser ma main jusqu'à la fin.

- Arrête... Et alors ?

- Et alors son mari est arrivé pour lui faire la surprise ! Il a gueulé "qu'est-ce que c'est que ce cirque ??" Simone a répondu "Oh Raoul, c'est rien, c'est Paul, le fils d'Odette. Il a un peu peur du noir, il avait besoin d'un câlin, c'est tout..."

- Et ensuite ?

- Il a enchaîné : "Il a peur du noir ? Et c'est parce qu'il ne sait pas lire les sous-titres qu'il essaie de comprendre le film sur ta cuisse ? T'as troqué le résille pour le braille ?"

Et là, il m'a chopé par le col, il m'a sorti du cinéma et m'a emmené dans sa voiture. Arrivés sur la pente de son garage, il m'a dit : "Ok le jeune Paul qu'a peur du noir, et bien puisque tu aimes mettre les mains dans les coins, tu vas m'aider à nettoyer les miens, mais on va le faire avec tes cheveux..."

- Ce truc de dingue...

- Alors il m'a descendu avec une poigne d'enfer, il m'a assis sur une chaise dans son garage, m'a rasé la tête sur les côtés, il m'a fait cette crête avec un mélange de mes cheveux et des poils du balai de son garage, il les a collés avec de la colle forte, puis il m'a pris par les chevilles, et m'a dit : "Maintenant tu marches sur les mains, et tu penches bien la tête à chaque fois que tu vois une bordure, je ne veux plus voir la moindre poussière ou toile d'araignée ! Je vais te passer l'envie d'aller dans les coins moi !"

- Ah quand même...

- Et il a ajouté "...au cas où tu aurais eu l'idée de jouer à la brouette avec ma femme, je te donne un avant-goût de ma version ! Et là, je suis gentil..."

- Et toi tu ne disais rien ?

- Quand t'as Raoul qui te tient par les chevilles juste après qu'il t'ait chopé avec ta main sur la cuisse de sa femme, tu dis rien, tu nettoies !

- Ouais, forcément...

- Et toi ?

- Quoi moi ?

- Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ?

- Ah moi rien, je voulais me faire cette coupe depuis longtemps. T'aimes bien ?

- Tu veux dire que personne ne t'a forcé ?

- Bah non, pourquoi ?

- Ah ouais quand même...

1 commentaire:

  1. Bidonnant, c'est fantastique d'imagination et de drôlerie ! Bravo ! ! !

    RépondreSupprimer