Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

vendredi 21 janvier 2011

De la naissance du fruit


- C'est comme ça que tu vas repeindre cette triste scène Raoul ? Avec ta douceur musicale ? C'est comme ça que tu vas transformer le vide en plein ? Que tu vas camoufler l'absence, avec les notes d'un bonheur qui vient d'ailleurs ?

- Mais qu'est-ce que tu as Simone ce soir ? Quel vide ? Quelle absence ?

- La tienne Raoul ! Ton absence ! Tu n'es pas là, tu ne me vois plus, je n'existe plus, tu passes à côté de moi et rien ne vibre ! Je suis comme un vieux tableau dans ton salon, tu l'as accroché parce que tu l'adores, mais tu n'y fais plus attention ! Je ne brille plus à tes yeux, j'aurais un casque d'or que je ne brillerais pas plus ! Je ne te plais plus c'est ça ? J'ai vieilli ? J'ai grossi ? Mon corps te laisse froid à ce point pour que tu préfères écouter Miles Davis plutôt que de m'emmener au septième ciel ?

- Mais qu'est-ce que tu racontes ? Qu'est-ce qui te prend ? Cette musique fait partie de l'ambiance, laisse-moi le temps, on va y aller dans les hautes sphères, laisse-toi prendre par cette musique, tu vas monter doucement et...

- C'est un ascenseur pour l'échafaud oui ! Je vais monter doucement, doucement, et arrivée en haut, si j'y arrive, je serai toute seule sur le palier pendant que Monsieur rêvera dans l'escalier à des marches de velours et à un festival de connes !

- Mais t'es givrée ma chérie ! Pourquoi tu balances des choses pareilles ?

- Arrête hein ! Depuis que tu as tourné avec la Loren, elles te tournent la tête toutes ces actrices, tu n'es plus le même.

- Heu... moi au moins, je ne fais pas le tour du monde pour retrouver un acteur avec lequel j'ai pris un bain...

- Rien à voir !

- Ah d'accord... AH D'ACCORD !!!

Raoul hausse sévèrement le ton :

- Depuis des mois tu es comme ça, depuis des mois tu fais tout ce que tu me reproches, et ça n'a jamais rien à voir !! On vieillit Simone, tous les deux, et je ne vois pas pourquoi il faudrait que le temps vieillisse les cœurs en plus des corps. Moi aussi j'ai grossi, j'ai vieilli, mes traits suivent des courbes crépusculaires, mes cheveux vont m'abandonner plus vite que les regards que j'attirais, mais jamais je ne me dis que tu ne m'aimes plus ! Tu veux que je te dise ce que je crois ? Je crois que c'est toi qui refuses de vieillir, et comme tu ne peux pas hurler sur le temps, tu hurles sur moi, je cristallise toute ta colère, tu ne veux pas supporter plus longtemps de voir ta jeunesse fuir sans bruit, alors toi, tu en fais du bruit, comme pour prévenir tout le monde, pour appeler au secours, mais on ne peut rien y faire, la seule chose possible, c'est d'aimer, et moi je t'aime, comme au premier jour.

- Mais tu n'as plus envie de moi comme avant, tu es... loin. Presque absent.

- Je ressens la même chose. Quand tu es partie courir après ton fantasme, j'ai énormément culpabilisé. Et puis je me suis dit que ça n'avait rien à voir, que ta quête était légitime. Je me disais, si elle m'aime, elle reviendra plus forte, et il suffira d'attendre la fin de ce cycle difficile, celui où l'on se rend compte qu'on est déjà dans ce cycle qui nous paraissait si loin il y a quelques années encore, pour reprendre notre route.

- La fin de ce cycle difficile ? Mais ça va être de pire en pire !

- Non, au contraire. Dès que tu vas accepter que l'enveloppe puisse se froisser un peu, tu vas t'ouvrir, définitivement, et tu ne peux pas savoir comme ce sera bon de faire l'amour à la lettre qu'elle contient. Je t'ai choisie pour la richesse de ton être tout entier, pas pour tes seins ou pour tes cuisses, et...

- Ah bon ? Ils ne te plaisent plus mes seins ?

- Bien sûr que si, je les adore toujours autant, et quand ils redeviendront aussi sensibles que ta libido, tu comprendras que les cercles qui font l'âge de la souche importent peu, c'est la saveur du fruit qui compte. Et jamais le temps n'a pu faire quelque chose contre la fraîcheur d'un fruit naissant.

- Je ne suis plus vraiment un fruit naissant si tu vois ce que je veux dire...

- C'est une métaphore Simone ! Tu le fais exprès ou quoi ? Peu importe nos années, c'est la force de ce qui coule dans nos veines qui fera que chaque baiser, chaque caresse, chaque explosion sentimentale et sensuelle sera un fruit naissant ! Je vais être de plus en plus comme un arbre vieillissant, mais je te donnerai toujours les fruits les plus savoureux du monde, les plus amoureux, les plus.... qu'est-ce que tu as ??

- Je crois que j'ai quelque chose qui me...

Simone commence à passer doucement ses mains sur ses cuisses...

- Oui, c'est ça, je crois que je sens un fruit naître doucement... Raoul vient le cueillir... Je revis Raoul ! J'ai faim ! Je vibre ! Raoul, emmène-moi sur ta branche la plus haute !!! Mets ton 33 tours et fais m'en faire autant !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire