Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

samedi 7 mai 2011

Une couronne pour Simone


- Qu'est-ce que c'est que ça ???

- C'est mon trophée !

- Mais tu reviens d'où là ?

- Raoul... ça fait dix fois que je t'en parle depuis une semaine... J'étais au congrès annuel des dentistes pour la remise des prix. C'était au Palais des Congrès, y'avait un monde fou...

- Et c'est quoi ce prix ? Tu n'es pas dentiste toi !

- Non, mais j'ai reçu le prix de la plus belle bouche de patiente 2011

- Ah... et bien voilà qui va nous faire une publicité absolument indispensable...

- T'aurais préféré que je gagne dans la catégorie mauvaise haleine ?

- Parce que quelqu'un d'autre l'a emporté ? Mais tu étais ultra favorite !

Simone se mit alors à courir après Raoul en brandissant un vase en cristal. Raoul fonça vers la cuisine en riant à gorge déployée, tout en demandant pardon. Simone lança son vase vers la bouteille d'huile qui attendait qu'on l'utilise pour faire la vinaigrette et fit tomber la bouteille.

Au troisième passage de Raoul dans la cuisine, il glissa sur le carrelage parfaitement huilé et s'envola à l'horizontale pour finir la nez dans les boites à épices qu'il défonça de la tête dans un strike magistral.

Simone retourna Raoul, le mit sur le dos, remonta sa robe d'été et s'assit sur son torse, le souffle court :

- Alors ?

- Ok, j'abandonne... Par contre...

Son regard se perd, et remonte le long des cuisses de sa femme.

- ...tu étais habillée comme ça à la cérémonie ?

- Et alors ? Je m'assieds rarement sur le torse des gens pour les remercier quand ils me remettent un trophée !

- Il y avait un souffleur quand tu es monté sur scène ?

- Heu... oui...

- Et voilà ! Bon bah lui, il a plus soufflé en cinq minutes qu'en cinq ans de carrière !

Simone met alors sa main devant sa bouche et réprime difficilement un cri horrifié.

- Quoi ?

- Il y avait l'orchestre aussi... Et quand je suis montée, je me souviens m'être fait la réflexion que la musique s'emballait, puis je me suis dit que c'était une impression sous le coup de mon émotion...

- Un orchestre suit toujours la baguette de son chef, et elle a dû s'emballer un poil après ton arrivée sur scène !

- Heureusement que Madame Petit-Demange avait un pantalon... L'orchestre n'aurait pas supporté de devoir suivre une baguette sans vie...

- Qui est cette dame ?

- La plus ancienne patiente du Docteur Russon, elle a gagné le prix du meilleur second râle après anesthésie.

- Du meilleur second râle ?

- Oui, Madame Petit-Demange a toujours deux râles avant de s'endormir complètement, comme toutes ses amies retraitées. Un point commun étonnant qui a donné naissance à ce prix.

- C'est la première fois que tu assistes à cette cérémonie ?

- La cérémonie des Molaires ? C'est la troisième fois. Et je compte bien y retourner ! Sauf si le chef d'orchestre m'a filmé avec son portable tout en agitant sa baguette, ce qui m'étonnerait fort ! Non... Je ne vois pas pourquoi quelqu'un aurait la moindre dent contre moi... Bon... Tu m'aides à me relever ?

- Je te rappelle que c'est toi qui es sur moi. Et franchement, j'ai envie que tu restes un peu...

- Même avec mon haleine ?

- Arrête chérie, tu sais très bien que je plaisantais... Aucune femme n'a la fraîcheur de tes baisers, et quand je te regarde comme ça, j'ai envie d'embrasser tous tes sourires pendant des heures...


© Franck Pelé – 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire