Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

mardi 15 mars 2011

L'empreinte


- Mademoiselle, plus je vous regarde, plus j'ai d'histoires à vous raconter...

- Racontez-moi toutes vos histoires Monsieur... Je prendrai le temps d'écouter chacune d'elles.

- Ce sera long.

- Je veux prendre ce temps.

- Je veux surtout vous raconter celle-ci. Cette histoire que jamais nous ne vivons et que toujours nous attendons. Nous y rêvons sans cesse. Cette histoire qui naît d'une rencontre. Une rencontre qui n'en est pas encore tout à fait une, qui n'en sera jamais complètement une, mais qui laissera une empreinte aussi forte que le désir que l'on s'interdit.

- Est-ce à dire que vous êtes aujourd'hui le fruit de toutes ces empreintes Monsieur ?

- Exactement comme vous en êtes la fleur Mademoiselle.

- Quelle est cette "presque" rencontre dont vous parlez ?

- Vous l'avez vécue mille fois, comme moi, comme tout le monde. Cette rencontre, c'est celle d'une âme, d'un cœur, qui pétillent dans un regard, un sourire, une voix, parfois même une silhouette, une démarche, un parfum. N'avez-vous jamais croisé un homme dont la seule présence dans votre instant n'ait suspendu votre temps à force de charme et de séduction ? Ne vous êtes-vous jamais dit, en voyant cet autre, en ressentant la magie de son âme, l'alchimie de vos fièvres : "Je suis certaine qu'il pourrait être un homme de ma vie" ?

- Oui, ça m'est arrivé, plus d'une fois. Je l'avoue sans peine.

- Vous en étiez certaine, et il vous a filé entre les doigts, comme le temps qui passe, comme tous ces moments de certitude future que l'on croise, et qui, parce qu'on les dépasse et qu'on les laisse derrière soi, deviennent à cette seconde même des fantasmes, des envies déjà fanées, des mystères d'une autre vie.

- Je connais ces rencontres Monsieur. Mais qu'arriverait-il si nous nous arrêtions pour les vivre ?

- Nous deviendrions fous d'amour. Et nous nous lasserions probablement de tuer le mystère, d'éteindre la magie qui aveugle la routine, souvent tapie dans l'ombre de l'exceptionnel.

- Mais l'exceptionnel existe, n'est-ce pas ? Et vous Monsieur, vous est-il arrivé de vous arrêter pour vivre une de ces rencontres ?

- Oui. Une fois. Mais je ne me suis pas vraiment arrêté.

- Que voulez-vous dire ?

- Elle m'a emporté. Dans l'élan de sa beauté. Exceptionnelle beauté. C'était à l'exact moment où j'ai pris votre main. Mademoiselle, je ne veux plus jamais m'arrêter de danser avec vous.

- Monsieur, au moment où vous avez pris ma main, j'ai su que vous sauriez m'aimer comme personne n'a encore osé l'écrire.

- Comment s'appelle cette femme qui me transporte et que jamais je ne laisserai derrière moi ?

- Simone, Monsieur...

4 commentaires:

  1. Joli flash back pour évoquer les commencements..., ces commencements où la magie opère et où le temps suspendu nous conduit vers des futurs inconnus...
    Merci de cette joie au coeur que mettent ces instantanés entre Simone et Raoul et du plaisir de lire ce plaisir d'écrire !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la joie au coeur... celle de vous lire... celle d'exister encore une fois au travers de vos mots....

    RépondreSupprimer
  3. Une femme vient de me demander de lire ce texte pour que je prenne conscience de ses sentiments pour moi ... Comme quoi tout un chacun peut se reconnaitre dans les aventures de Simone. Chacune d'elles m'emporte, me fait me souvenir, me fait vivre, me fait rêver ...

    RépondreSupprimer