Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

mardi 29 mars 2011

Ecrin noir pour nuit blanche


- Simone, quand tu remontes tes bas comme ça, je monte en température, une espèce de fièvre espagnole...

- Et si mes dessous étaient rouges, tu taperais du pied dans le sable en fumant des naseaux ?

- Tes dessous sont rouges ?

- Va savoir...

- Dis donc chérie, je me posais une question...

- Oui ?

- Pourquoi vous vous dessinez souvent un trait sur le mollet ?

- Pour laisser à penser à l'œil vagabond...

- Vous voulez nous faire croire que vous portez des bas ?

- Peut-être...

- Mais si nous arrivons jusqu'à vos cuisses, grâce à l'attrait du trait, nous découvrons forcément le pot aux roses ! Et nous comprenons alors la tromperie sur la marchandise...

- Sur l'emballage, Raoul ! Sur l'emballage ! Parce que, grands enfants que vous êtes, vous craquez d'abord sur l'emballage. Systématiquement. Vous êtes ainsi faits, pour découvrir un diamant, il faut que l'écrin vous tape à l'œil.

- Et tu penses vraiment que je vais boire cette théorie ?

- Oui. D'un trait...

- Il y a loin de la coupe aux lèvres.

- Ah oui ? Ce serait quand même dommage d'avoir découvert le pot aux roses et de ne pas venir en cueillir une seule...



© Franck Pelé – 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire