Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

samedi 21 avril 2012

Des chevaux sous le capot




- Bonjour Simone !

- Bonjour Monsieur.

- Quelle amusante petite voiture... Elle est à vous ?

- Oui, enfin à mon mari, c'est lui qui l'a dessinée.

- Vraiment ? Vous le féliciterez de ma part. C'est un projet très intelligent, une voiture minuscule... ça se gare partout !

- Oui, d'ailleurs mon mari voudrait l'appeler la Smart mais il trouve que ce n'est pas un nom pour notre époque. Moi je trouve ça joli comme nom "Smart"...

- C'est vrai... Et puis pour une fois que l'intelligence serait conduite par une femme...

- Pardon ?

- Ah ah ah !!! Je plaisante Simone !

- Oh... vous m'avez fait peur Monsieur... Ce n'est pas que je suis féministe mais j'ai un peu de mal avec les caricatures...

- Féministe ? Qu'est-ce que c'est que ça ?

- C'est le contraire d'hoministe.

- Jamais entendu parler non plus.

- Vous par exemple, vous êtes un hoministe. Vous pensez beaucoup de bien des hommes.

- Pas vous ? Nous sommes quand même très forts ! Une femme ne pourrait jamais entreprendre et réussir comme un homme, il faut du caractère, de la force, de la personnalité, de l'organisation, bref, il faut être un homme, croyez-bien que je le déplore mais c'est comme ça... Donc être féministe c'est penser beaucoup de bien des femmes ?

- C'est en penser plus de bien que les hoministes en tout cas.

- Vous ne seriez pas en train de me traiter de macho quand même ?

- Ah noooon ! Un hoministe, ça sait prendre du recul, c'est intelligent, ça se rend compte à quel point la femme pourrait être son égal dans un monde différent. Mais c'est bien content de vivre dans son monde quand même...

- Rien compris... Bien. Avez-vous fini de taper le rapport sur le bilan fiscal ?

- Oui Monsieur.

- Très bien.

- Excusez-moi Monsieur...

- Oui ?

- Votre grosse voiture là... Vous en êtes content ?

- Elle est splendide n'est-ce pas ? J'ai la plus grosse de la société !

Simone, marmonnant :

- C'est bien la première fois...

- Vous dites ?

- Je dis que c'est la première fois que je vois une voiture aussi belle !

- Elle a les sièges en cuir et la direction assistée.

- A quoi ça sert la direction assistée ?

- C'est génial... Tout devient plus facile, vous tournez votre volant avec deux doigts, vous n'avez plus besoin de mettre toute votre force sur le cerceau pour faire un créneau. C'est fluide, l'intelligence au service de l'homme. Bref. Une preuve supplémentaire que l'homme peut inventer des choses qui sont absolument incompréhensibles pour les femmes. Vous en parlerez à votre mari, il vous expliquera.

- Mon mari ? Si je lui explique comment vous parlez des femmes en général, et de moi en particulier, je pense qu'il vous explosera votre grosse tête.

- Plaît-il ? Mais qu'est-ce qui vous arrive Simone ? Comment osez-vous parler de ma tête ainsi ! Elle n'est pas grosse ma tête d'ailleurs ! Qu'est-ce que c'est que ces salades Simone ?!! Voilà, c'est parti, vous conduisez une voiture alors vous vous prenez pour...

- ... un homme ? Et bien dites-le !

- Simone ça suffit !!!

- Je ne suis plus toute jeune mon pote mais j'ai encore assez d'énergie pour te la mettre moi-même au carré ta grosse tête, et pour le coup, je te jure que t'auras la plus grosse de la société !

- Mon pote ??? Simone, vous êtes virée !!!

- C'est pas vrai ? Oh mince... Mais comment tu vas faire mon gros pour t'en sortir ? Sans moi tu ne sais rien faire ! A part donner tes ordres et faire croire aux clients que toutes mes idées sont les tiennes !

- J'ai fait sept ans d'études, et vous n'êtes qu'une assistante ! Et arrêtez de me tutoyer !

Simone s'avance vers son patron, le prend par la cravate et lui lance, droit dans les yeux :

- Je suis une assistante de direction ! Tu n'es donc qu'une direction assistée. Et si j'en crois tes mots de tout à l'heure, je suis un peu l'intelligence au service de l'homme, tout devient plus facile, plus fluide...

Puis en lui lâchant la cravate :

- ... je te laisse, tu vas avoir besoin de toutes tes forces pour faire tourner cette entreprise...




Franck Pelé - Avril 2012 - textes déposés à la SACD



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire