Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

vendredi 11 février 2011

Simone en quarantaine


- C'est qui cette fille qui court sur le quai ?

- C'est Simone, elle court après le train de la trentaine... Elle a eu quarante ans hier.

- A quoi bon essayer de le rattraper alors ? Elle sait bien que ce n'est plus son train. Celui qui arrive est encore plus magique, il emmène dans des endroits encore plus délicieux, il propose des voyages encore plus savoureux, et les fenêtres sont plus grandes, on apprécie mieux le paysage...

- Ah non, elle assume complètement, elle avait d'ailleurs prévu de monter dans celui qui arrive, celui de la quarantaine, mais avec Raoul, ils s'étaient promis de faire un truc de dingue pour leur dernier jour de trentenaire. Ils ont le même âge au jour près ! Et Raoul a braqué une boulangerie avec Simone...

- Ah bon ? Pour quel butin ?

- 212 chouquettes.

- Ah quand même...

- Puis Raoul s'est mis à embrasser toutes les femmes du train de la trentaine, comme ça, par jeu, il voulait embrasser des inconnues.

- Et Simone n'a rien dit ?

- Au début non, elle faisait pareil. Mais comme les inconnues-femmes étaient beaucoup plus appétissantes que les inconnus-hommes, elle a dit à Raoul, allez, ça suffit, on descend. On va rater notre train et il ne repasse pas deux fois.

- Et alors ?

- Raoul a attendu le dernier moment, juste avant que le train ne reparte, et il a balancé la valise de chouquettes loin sur le quai.

- Ne me dis pas que Simone est tombée dans le panneau...

- Si. Un vieux réflexe de gourmande qu'est-ce que tu veux... Elle a couru pour aller chercher la valise, elle l'a ouverte pour vérifier que tout y était, elle en a profité pour en goûter une, puis deux, et quand elle s'est retournée, le train de la trentaine était déjà loin, avec Raoul à l'intérieur...

- Alors lui, il a intérêt à profiter du voyage parce qu'à l'arrivée, il va prendre cher !

- Surtout que c'est un train-couchettes, et parti comme il est, s'il commence à embrasser des inconnues allongées, la nuit va être sucrée...

- Mais alors il ne pourra plus jamais monter dans le train des quadras ?

- Je ne sais pas, peut-être qu'il repassera finalement. Sinon, il est condamné à rester un gamin toute sa vie... Ceci dit, ce n'est pas la première fois que Simone le met en garde !

- Il n'a pas réfléchi Raoul, parce que s'il était monté dans le train de la quarantaine avec une Simone plus gourmande que jamais, à l'apogée de sa beauté et de son expérience, avec un butin fondant à se partager toute la nuit au milieu des câlins, c'était le feu d'artifice dans le train-chouquettes !

1 commentaire:

  1. vraiment super, merci à vous, un plaisir de vous lire

    RépondreSupprimer