Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

samedi 30 juin 2012

Derrière l'image





En arrivant dans la propriété de Simone, l'inspecteur Andrews ressentit immédiatement une chaleur, un frisson particulier. Il entra dans cette grande maison, vide depuis la veille et le départ de Simone pour le commissariat, et visita chaque pièce, consciencieusement. Dans le salon, il s'arrêta net devant le portrait de Simone. Il la regarda, longtemps. Il sentait son cœur prêt à se décrocher sous la force de ses battements. Il était près de la cheminée quand il entendit :

- Que faites-vous chez moi Inspecteur ?

Il se retourne, regarde partout, personne.

- Je suis là.

Il cherche, va vers la porte, ouvre même une fenêtre.

- Non, là. Là où votre cœur battait à l'instant.

Il s'approche alors doucement vers le tableau.

- Voilà, vous y êtes... Que faites-vous chez moi Inspecteur ?

- Mais... c'est impossible...

- Derrière toute image se cache une réalité. Et derrière toute image d'une femme se cache une vraie femme.

- Qui est la vraie Simone ?

- C'est pour cela que vous êtes venu ?

- Oui.

- Je savais depuis le début que la lumière qui m'aveuglait le plus n'était pas le projecteur de votre bureau mais votre regard. Il hurlait du plaisir de me regarder.

- Comment pouvez-vous être si sûre de vous ?

- Je ne suis pas sûre de moi. Je suis sûre des autres. Je suis franche, entière, je ne perds pas de temps avec les artifices. Vous me regardiez. Et vous adoriez ça. Pourquoi refuserais-je cette vérité ? Par peur de la prétention ? Je ne le suis pas. Si je suis belle, c'est à vos yeux, à l'instant.

- J'ai envie de savoir qui se cache derrière cette image.

- Non, vous ne voulez pas savoir. Vous savez, derrière l'image, il y a toutes les imperfections, on voit le mur, qui se dresse comme un rempart, avec ses éclats, ses trous, ses toiles d'araignées tissées par le temps, ce temps qui n'a aucun effet sur l'image que vous voyez.

- Comment pourrais-je vous séduire ?

- Vous pourriez de mille façons, mais mon cœur est à Raoul, le seul homme qui respire ces mille façons sans s'en donner la peine.

- Je vous aime Simone.

- En me faisant dormir au cachot ? Voilà une élégante façon de séduire une femme ! Inspecteur Andrews, vous êtes un homme honnête, vous semblez bon, vous n'êtes pas sans charme, mais puisque vous êtes amoureux de mon image, le seul moyen d'accéder à votre bonheur serait de vous installer sur le mur d'en face, et comme vous pouvez le voir, il n'y a plus de place. Surtout pour un artifice de plus.

- Mais Simone, je....

- Je suis désolée, je ne peux pas vous encadrer Inspecteur...

Alors que l'inspecteur Andrews, fou de rage, commence à mettre les mains sur le tableau, il entend :

- Et s'il vous plaît, laissez-moi accrochée ici, inutile de me mettre au cachot moi aussi, Simone a parfois du mal avec son image...




Franck Pelé - Juin 2012 - Textes déposés à la SACD


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire