Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

jeudi 20 octobre 2011

Cueillir la rose



Simone sentait que sa voisine de droite la regardait depuis de longues minutes. Une femme assez âgée, surtout à cause de l'idée qu'elle se faisait de son âge. A cause de son éducation aussi, déjà ridée bien avant elle. N'en pouvant plus de sentir ce regard comme on sentirait le poids d'une concierge sur un secret, Simone se tourne brusquement vers elle :

- Bon ! Quoi ???

La dame plonge ce qui aurait dû être sa honte dans son journal.

- Oh arrêtez hein, ne faites pas semblant, ça fait deux heures que vous me dévisagez... Alors, c'est quoi le problème ? Mes jambes sont trop nues ? Trop maigres ? Mon parfum n'est pas assez bourgeois ? Ma jeunesse est trop prétentieuse ?

- Pas du tout... Vous êtes très belle.

- Merci.

- Vous semblez malheureuse.

- Je le suis.

- Pourquoi ?

- Et voilà ! C'est pas écrit dans Le Figaro ? C'est ça ? Y'a des secrets qui vous résistent ? Alors comme c'est pas écrit dans Le Figaro, vous voulez savoir, forcément... Mais si je vous le dis, tout le café sera au courant demain matin, et comme on croise beaucoup de journalistes du Figaro ici, c'est moi qui lirai ma propre vie dans le journal dès demain !

- Mademoiselle... Vous ne pouvez pas savoir à quel point j'aimerais avoir votre jeunesse pour avoir les armes qui combattent le malheur. J'ai à peine eu le temps d'apprendre à me connaître, à aimer, à comprendre, que j'avais déjà expiré mes plus belles années.

- Vos plus belles années ? Et pourquoi elles ne seraient pas devant vos plus belles années ? Vos plus jeunes sont passées, d'accord, mais vos plus belles ? Posez votre journal, arrêtez de vous habiller comme une bourgeoise déjà retraitée, partez en Afrique, écrivez un livre, peignez une toile, aimez un homme !

- Aimer un homme, à mon âge...

- Si je vous semble malheureuse aujourd'hui, c'est parce que j'ai rencontré un homme dont je suis certaine qu'il est le mien, et pourtant, cet homme est heureux avec une autre, et moi je suis avec quelqu'un, Pierre, nous vivons une histoire douce, jolie. Je n'ai aucune raison de l'enlever à cette femme comme je n'ai aucune raison de laisser tomber Pierre, et pourtant, je sens, je sais, que si je ne vis pas le monde avec cet homme, je serai bien plus vidée de ma jeunesse que vous. Si on me proposait de l'aimer à votre âge, et d'attendre ce moment pour vivre sa magie, je n'hésiterais pas une seconde, et tout ce que je vivrais avant serait comme caresser un rêve avant de le pénétrer pour de bon...

- Je vous en prie...

- C'est une image Geneviève...

- Mais je ne m'appelle pas Geneviève !

- Aimez un homme, maintenant, demain, n'attendez plus, trouvez l'amour, dans un regard, une attention, une main qui s'avance dans un réflexe protecteur, un mot plus riche qu'un autre, cueillez les roses de votre vie, comme l'a si joliment écrit Walt Withman, et ne vous arrêtez pas à la première épine, chercher la fleur, et vous aurez l'ivresse.

- Je me sens revivre... C'est fou... Merci Mademoiselle !

- Je vous en prie Madame...

- Comment il s'appelle votre amoureux ?

- Raoul.

La dame se lève, pose sa main sur celle de Simone, la regarde profondément dans les yeux et lui dit :

- Je vous promets que vous l'aimerez votre Raoul, et il vous le rendra tellement bien. Parce que les fleurs sont faites pour être cueillies par le jardinier qui saura les cultiver... Parce que la nature est bien faite...


Franck Pelé - octobre 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire