Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

vendredi 11 juin 2010

Recto-Verso


- Raoul, tu as du courrier...

- Oh ma chérie... Ton envers érige un désir pour la lettre que je pensais endormi...

- Mon endroit te confirmera que tu as gardé le même pour l'enveloppe

- Simone, tu es belle à faire pleurer tous les livres. Laisse-moi te lire...

- Prends ton temps mon amour, prends celui de lire entre les lignes... J'adore la qualité de ta lecture. La psychologie de ton geste. La précision de ton sourire qui sait... J'adore ton style.

- Il a bon dos mon style.

- N'est-ce pas ?

- Chhhhuuut... Je lis.

- Pardon.

(De longues secondes s'écoulent...)

- Alors Raoul, envie de répondre à ce courrier ?

- Simone, j'arrive en bas de la page, l'épine dorsale de ta prose enflamme le plus doux de mes frissons, et m'invite à ce plaisir que je veux t'offrir.

- Quel est-il ?

- T'écrire le plus délicieux des post-scriptum...

- Mon chéri... écris jusqu'à ce que mes lèvres n'en puissent plus de te demander... Et n'oublie pas de signer. J'adore quand tu apposes ta griffe...

- Puis je te retournerai, pour écrire l'adresse du paradis dans lequel je vais t'envoyer, mon doux courrier...

- Tu sais où coller le timbre ?

- Simone, te lire m'affranchit de toutes les femmes du monde...

- Raoul, t'es pas possible !!! Tu peux pas ne parler que de moi dans un moment pareil ?!! Oublier que d'autres femmes existent ?!!

- Mais ma chérie, c'était un compliment, une façon de t'accrocher définitivement dans mon ciel, un ciel avec une seule étoile !

- Mouais... Une seule étoile... J'ai plutôt l'impression que ton ciel est constellé mon Raoul !

- Qui a écrit ces mots au fait Simone ? Parce qu'il a dû te falloir une sacrée souplesse quand même !

- C'est vrai que c'est joli cette métaphore de l'étoile...

2 commentaires:

  1. J'adore la chute ... de reins !
    Nicole

    RépondreSupprimer
  2. L'épisode que je préfère parmi tout ceux que tu nous as offert jusque là. Que de sensualité !
    Sous la plume, la douceur, les frissons, à même la peau, les jeux de mots...

    Bravo bravo !

    RépondreSupprimer