Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

dimanche 1 décembre 2013

L'aile ou la cuisse




Alors que le Commandant de bord et son copilote se sont éclipsés quelques minutes pour se restaurer, Simone et sa sœur se sont discrètement introduites dans le cockpit, légèrement allumées par le champagne qui a coulé à flot en première classe...

- Regarde-moi cette vue Paulette...

- Viens Simone, ça craint là... Allez viens on retourne s'asseoir, on pourrait nous expulser pour un truc pareil...

- Tu crois qu'ils vont ouvrir la fenêtre avec ce temps ? Respire chouchou, ça fait combien d'années qu'on n'a pas ri ensemble comme on riait il y a 20 ans ? On ne rit plus depuis des années ! Stop à la sinistrose en perfusion, stop aux règlements qui tuent la spontanéité, stop à la rigidité qui étouffe la moindre liberté, on se fait plaisir bordel !

- Simone, tu es un peu vulgaire là...

- Oui pardon... J'ai un peu bu je crois...

- C'est quoi ça ?

- C'est le micro ! Donne !

- Ah non !!! Simone !!!

- Ferme la porte à clé...

- Mais tu es folle !!!

- Mesdames et Messieurs les passagers, c'est la maîtresse de votre commandant de bord qui vous parle, je m'appelle Simone et je vous emmène au pays des illusions perdues, la température est délicieuse et le temps est clair. Pour ceux qui ont mangé les petits sandwiches au saumon à midi, sachez qu'ils sont faits avec les restes des assiettes de la première classe. Je voudrais dire aux femmes qui voyagent avec leur mari que la longueur du vol est idéale pour leur dire tout ce qu'elles ont envie de leur dire depuis longtemps, leur dire qu'elles aimeraient être regardées comme un rêve qu'on met au pied du sapin plutôt qu'ignorées comme un vieux jouet qui fait partie du décor. Messieurs, il est souvent plus intéressant de changer les piles de son jouet préféré que d'opter pour un nouveau jouet plus récent qui se démodera tout aussi vite... Il est aussi temps pour vous Messieurs de dire à votre femme tout ce qui tue votre désir et toutes les petites choses qui sont devenues insupportables chez elle... Et les ados, c'est le moment d'avouer que vous fumez des pétards ou que vous couchez avec votre coloc depuis des mois.

- Simone arrête !

- Oh mais c'est toi arrête Paulette ! Arrête avec tes peurs maladives de ton éducation judéo-chrétienne ! Sois folle un peu ! Mets du piment dans ta vie ! Mets-toi sur les genoux, mange à toute heure, bois de la vodka, hurle au balcon, n'aie pas peur de tes seins dans le miroir, arrête de croire que le bouton de la radio est le seul à donner du plaisir, dis des mots interdits à Pierre ! (Elle approche sa bouche du micro) Pierre, Messieurs dames, est le mari de Paulette, un type sympa mais aussi coincé que sa femme, alors vous imaginez l'ambiance dans le lit de ma sœur, c'est pas vraiment Saturday Night Fever mais plutôt un documentaire sur le pèlerinage de fidèles en fin de vie à Lourdes en novembre, juste après les inondations, au moment où on leur annonce qu'on ne pourra pas leur trouver de chambre de substitution...

- N'importe quoi, je ne suis pas coincée ! Je suis réservée, nuance !

- Paulette, tu es aussi coincée qu'un doigt de bonne sœur dans la Bible ! Et tu sais à quel point j'aimerais que les femmes aient une vision de la divinité des plus larges...

- On peut très bien faire l'amour sur le dos sans être coincée.

- Ah oui, comme on peut très bien aller tous les étés à Mantes la Jolie sans s'ennuyer, regarder tous les jours Questions pour un Champion et l'intégrale de Julie Lescaut en VHS sans savoir qu'on rate des films magnifiques au cinéma, ou manger sa petite salade composée et son fromage blanc sans avoir jamais goûté un tournedos Rossini ou une sole meunière à se damner, c'est vrai...

Le commandant tambourine à la porte en hurlant aux occupantes du cockpit d'ouvrir immédiatement.

- Bon, le commandant a envie de reprendre les commandes, ce qui est normal pour un commandant... Je vais devoir vous laisser. Je voudrais dire à la passagère du siège 17b que son mari m'a chauffée toute la matinée à l'aéroport, au mari que vu son profil, c'est d'une vanité rare de prétendre à plus que ce qui vous a déjà été offert par la vie, je voudrais aussi vous dire que là, on est pieds nus sur le tableau de bord avec Paulette et qu'on a tellement tout déréglé que je ne sais pas du tout où on va, mais je suis sûr que vous serez ravis, tout le monde rêve d'être invité à "Rendez-vous en Terre Inconnue", et bah voilà, je vous invite tous, c'est pour moi ! Je vous embrasse, on retourne en première, si vous voulez du saumon, je veux bien donner mes restes, je vous laisse parce qu'on a une aile en feu à l'instant et ça sent pas très bon cette histoire... Inutile de hurler hein, on va tous y passer à un moment ou un autre, autant qu'on se fasse plaisir non ? Ah oui ça crame sérieusement quand même... tuuuuuuuuut....

Le commandant force enfin la porte et immobilise Simone pendant que son copilote maîtrise Paulette.

- Mais vous êtes complètement malade ! Tout le monde hurle dans l'avion !

- Mais c'est bien... ça vit un peu... c'était terne ce voyage non ? Il vous va super cet uniforme...

- Qu'est-ce qui vous a pris de dire que l'aile était en feu ? Vous êtes complètement irresponsable !

- Je me suis trompée... c'est ma cuisse qui est en feu...  ça vous embêterait de sortir votre train d'atterrissage pour que je me pose en catastrophe ?

- Excusez-la mon commandant, elle est un peu pompette...

- Mon commandant !!! Paulette à l'armée ! Tu ne veux pas faire dix pompes pour t'excuser ma chérie??? Aaaaaaaaaaaaahahahahahaaaaa Mon commandant !!! Chef oui chef !!! Le chef qu'est assis là, il veut du à l'ail !!! Vous avez du à l'ail ??? Et puis pompette... franchement Paulette... tu ne peux pas dire bourrée une fois dans ta vie ?

Simone saisit le micro à nouveau :

- Mesdames et Messieurs, veuillez m'excuser, c'est ma cuisse qui est en feu, mais le commandant s'en occupe et la situation est sous contrôle. Comme me l'a fait gentiment remarquer Paulette, je suis un peu pompette. Reprenez une respiration normale et regardez le film qui vous est proposé avec Bruce Willis, un excellent suspense psychologique, Sixième sens. En fait à la fin vous comprendrez qu'il est mort depuis le début, il voit les morts parce qu'il est mort lui-même, un truc de dingue, c'est vraiment bien foutu. Je vous laisse parce que c'est moi qui appelle ça va me coûter un bras... D'ailleurs c'est dingue qu'on ait autant de réseau ici, on est dans les nuages et on capte super bien alors que chez moi, il faut limite que je grimpe sur le toit pour avoir une petite barre à la noix...

- Veuillez sortir Madame et regagner votre place. Vous vous expliquerez avec les autorités locales en arrivant...

- Et si je grimpe sur toi, j'aurai combien de barres ? Tu sais que c'est ça le secret du point G ? C'est la mesure de la connexion idéale. On s'en fout de le trouver le point G, il vibre tout seul dès que l'appel entrant est parfaitement connecté. Je suis sûre que je capterai en 4G une fois connectée avec vous Mon Commandant...

- Attachez cette femme à son siège jusqu'à destination !

- Tu as vu Paulette comment il faut faire avec les commandants ? Il a compris quelle genre de femme j'étais...

Elle arrache le micro des mains du commandant et hurle une dernière fois :

- Mesdames et Messieurs, attachez vos ceintures, je vais faire décoller le commandant dans quelques instants, ça va secouer comme jamais ! Message perso pour la passagère du 17b, si vous voulez venir voir la route du septième ciel pour y emmener votre mari, je vous invite à mon petit atelier, ça va vous changer la vie !

- On est où là ? Vous nous avez déroutés ! Vous avez rentré quoi dans l'ordinateur de bord ?

- Votre GPS là ? On a rentré Buenos Aires, on avait envie d'Argentine...

- Mais on allait à Barcelone ! Vous êtes complètement folles ! On n'aura jamais assez de carburant, on est au-dessus de l'Atlantique là !

- Et avec le nombre d'avions qui traversent l'océan par jour, il n'y a pas une seule station-service sur le trajet ? Ah bah bravo les mecs... Champions du monde... Bon, vas-y c'est bon, je vais conduire... c'est où la marche arrière dans ce truc ?




Franck Pelé - décembre 2013 - textes déposés à la SACD

1 commentaire:

  1. Instant "volé" de Simone "déjantée" comme on l'aime aussi souvent !!! EXCELLENT !!

    RépondreSupprimer