Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

lundi 30 janvier 2012

Pour vivre heureux...


- Pourquoi tu ouvres ton parapluie Raoul ?

- Ce n'est pas un parapluie.

- Ah bon ?

- C'est un abri antiatomique. Sauf qu'ici, la bombe atomique, elle est à l'intérieur. C'est pour protéger les autres de ta beauté fusionnelle.

- Oh mon Raoul... Une bombe atomique... (tendre sourire, silence, puis réflexion) C'est drôle cette expression... Je veux dire, ça me touche ! Mais c'est étrange... Ça aussi, ça vient du futur ?

- Oui. On dit d'une femme magnifique que c'est une bombe atomique.

- Comme la bombe qui peut tuer un monde entier quoi...

- Voilà.

- Très poétique...

- Et tu ne sais encore rien.

- C'est fou que tu aies réussi à voyager dans le futur... Si je te pose des questions, tu as le droit de répondre ?

- Oui, oui, je n'ai rien signé qui m'en empêche. Regarde, tu as vu mes chaussures ?

- Qu'est-ce que c'est que ce style ?

- C'est très à la mode dans quarante ans. Allez, pose-moi tes questions...

- Bon... Comment dit-on "écouteur" dans le futur ?

- Haut-parleur. Les téléphones seront équipés de haut-parleurs, tu appuieras sur un bouton et tu entendras l'autre comme à la radio.

- Fantastique ! Mais alors l'écouteur qu'on accroche derrière le téléphone, il ne sert plus à rien ?

- Il n'y aura plus d'écouteur.

- Oh !! Oh c'est dommage... Moi j'aimais bien l'écouteur... Et puis au moins, on pouvait être la seule personne à entendre la conversation et tout le monde vous enviait pour l'avoir quand c'était important ou secret... Et comment dit-on... Une Deux-Chevaux ?

- Une Twingo

- Comment dit-on "Coluche" ?

- Jamel

- Et Drucker ?

- Ah ça, ça n'a pas changé.

- Comment dit-on "j'aimerais beaucoup vous connaître, vous me plaisez" ?

- Poke

- Poke ?

- Oui, Poke.

- Et "Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?"

- Poke

- Ah aussi ? Bah ils s'emmerdent pas dans le futur... Mais... comment font-ils pour faire la différence entre les deux significations ?

- Ils ne la font pas. Dans quarante ans, ça voudra dire exactement la même chose. Ceci dit, aujourd'hui aussi, mais on prend plus de temps, nous sommes un peu plus timides, le respect d'une certaine éducation, et puis le mystère de l'autre est encore très épais...

- Vraiment étrange cette époque... Et tiens, plus dur... Comment dit-on "débroussailler" !

- Une épilation maillot.

- Pardon ?

- Je plaisante. On dit toujours débroussailler. Mais dans le futur, il y a beaucoup moins de végétation.

Raoul réprime un sourire.

- Tu joues sur quelque chose que je ne comprends pas là... Je te connais Raoul... C'est quoi "débroussailler" , dans le futur ? Pourquoi tu me parles d'épilation ? Et puis pourquoi "maillot" ? On épile les maillots dans le futur ? Les maillots de corps ? Les maillots de bain ? On se baigne en fourrure ?

- Ah certaines se baignaient en fourrure oui ! Hum... Non, en fait, c'est une expression qui touche à la sémantique de la psychologie. En fait, les femmes qui auront envie de montrer leur faille, en psycho, on dira qu'elles débroussaillent.

- Tu me jures ?

- Promis.

- Bah dis donc, avec tout ce que je cultive pour cacher mes failles moi, faudrait que j'aille voir ce genre de psy...

- Ah ça te ferait du bien oui ! (Raoul se pince pour ne pas rire, puis reprend, sérieux) Mais tu sais, parfois, il vaut mieux garder ses failles secrètes. Et puis on ne sait pas ce qu'on pourrait trouver, ça pourrait tuer le charme...

- Qu'est-ce que tu veux dire ? Tu n'as pas confiance en mes failles ? Mais si je parlais de mes failles, elles seraient charmantes mes failles ! Tu n'as pas envie de les connaître toi ? Finalement, connaître les failles de quelqu'un, c'est connaître son intimité profonde, c'est une complicité incroyable !

- Je les connais tes failles mon amour...

- Je t'en ai déjà parlé ?

- Oui, beaucoup. Et à chaque fois, j'ai adoré les ouvrir avec toi, pour bien te connaître, chaque fois un peu plus, t'entendre crier toute l’électricité que tu as en toi, et j'ai adoré les refermer en douceur avec toi, et te regarder apaisée, et heureuse, après t'avoir longuement écoutée...

- C'est fou... Raoul, je crois que je perds la mémoire. Je ne me souviens absolument pas t'avoir raconté mes failles... C'était pas dans le futur au moins ?

- Ah non, non, tu m'en as parlé très souvent. Un peu moins dernièrement, c'est vrai. Je me demande si tu ne te confies pas à un autre, tiens...

Simone hausse les épaules :

- N'importe quoi. On ne se confie pas à n'importe qui.

- Dans le futur, si.

- Je ne veux pas y aller dans le futur, je veux garder du mystère moi, remets ton parapluie.

Raoul remet alors son parapluie en place, Simone s'approche de Raoul en le regardant dans les yeux, un sourire lumineux accroché au visage, et l'embrasse à pleine bouche, dans un élan de douceur et de sensualité rarement atteint. Puis, elle s'arrête, commence un léger un mouvement de recul, sourit à la vue de l'homme de sa vie, et lance avant de repartir pour un baiser inoubliable :

- Pour vivre heureux, vivons cachés...



Franck Pelé - Janvier 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire