Simone et Raoul

Simone et Raoul
Avant eux, le couple n'existait pas. (photo Marc Montezin)

jeudi 16 juin 2011

Raison d'être


A la seconde où Simone posa les yeux sur son fils, elle comprit. Tout. Comme si elle naissait une seconde fois, l'expérience et le sens de la vie en plus. Elle qui avait tellement peur de renoncer à sa liberté, d'être une mère pas à la hauteur, elle qui pensait que la mère allait tuer la femme. Non... Jamais elle ne s'était autant sentie femme.

Un enfant, c'est comme retrouver tous ses rêves, tous ses espoirs, tout son amour dans un petit corps d'ange. C'est comme être le témoin de la pureté originelle. Simone savait que c'était le poids de cette mission, pleine de toutes les responsabilités du monde, qui se posait doucement sur ses épaules. Mais dans le regard de son fils dansait la vérité des évidences futures. Il sera aussi extraordinaire que peut l'être la promesse du fruit de l'amour de ses parents.

Cette innocence magnifique... Cette insouciance aussi légère que lourd est le regret de la perdre. Tout donner pour que cette innocence reste la plus cristalline possible, pour qu'elle dure.

Pendant que la sage-femme lui présentait sa raison de vivre, Simone regardait Raoul, près d'elle. Elle ne l'avait pas connu enfant son Raoul. Mais il lui suffisait d'observer son visage pour rattraper le temps perdu. Un enfant en regardait un autre. Une innocence faisait éclore des fleurs dans les yeux de son père.

Ils avaient choisi de l'appeler Maxence, en hommage au grand-père de Simone, être exquis qui lui avait appris la générosité et la beauté en toute chose.

- Il te restera un peu d'amour pour moi après tout ce que tu vas donner à ce bijou ?

- Raoul... En te regardant, je pensais la même chose...

- Regarde comme il est beau... Tout ce que je vais lui donner, c'est tout ce que je t'ai déjà donné, et tout ce que je te donnerai encore. Et si un jour, tu avais besoin de mon amour et que je n'étais pas là, souviens-toi que les yeux de ton fils en seront toujours pleins. Les yeux sont beaux parce qu'ils ont une belle couleur, une jolie forme, puis ils deviennent définitivement beaux à force de garder tout l'amour qu'on leur a donné.

- Merci Raoul...

Raoul se retourne vers Simone, la prend dans ses bras, et l'embrasse avec tant de tendresse qu'elle n'avait nul besoin d'entendre résonner son merci à lui. Les lèvres de son mari, ses bras, son cœur, ses mains, célébraient la magie que sa femme venait de lui offrir.




© Franck Pelé – Juin 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire